Le système immunitaire

Mis à jour : 30 mai 2020


En quelques mots, il s’agit d’un immense réseau intelligent de cellules et autres micro-organismes présent dans notre corps qui a pour rôle de lutter contre les infections et ainsi garantir notre pleine santé.


Puisque rien ne vaut un bon exemple, profitons de la situation actuelle.

A l’heure où nous écrivons cet article, nous sommes en période de « confinement ». La plupart des entreprises sont fermées et nous avons tous pour consigne de ne sortir de chez nous uniquement pour les déplacements de « première nécessité » (notons qu’ici en France l’achat de cigarettes et jeux à gratter est considéré comme une première nécessité). Le gouvernement Mondial a déclaré qu’un virus extrêmement volatile sévissait partout sur le globe, qu’il était particulièrement dangereux, et que pour y faire face nous devions tous rester chez nous, garder une distance de sécurité d’un mètre avec toute personne que nous croisons, porter des masques chirurgicaux ainsi que des gants en latex. En l’espace d’un mois, la peur s’est installée et le bon sens a abandonné une bonne partie de la population. Il y a peur lorsqu’il y a ignorance : si chaque individu savait ce qu’est réellement un virus, la peur n’aurait jamais pu s’installer.


Si tu lis cet article, et aimes les sujets évoqués sur ce blog, il y a de fortes chances que tu aies des sérieux doutes quant à certains aspects de la situation actuelle. En effet, pas besoin d’être devin ou quelconque « complotiste » pour voir l’absurdité de cette histoire. Plutôt que de céder à la panique, il est bon d’essayer de comprendre les événements afin de se faire sa propre idée et ne pas gober bêtement ce que nous passent en boucle les médias mainstream.

Pour commencer, installons-nous quelques instants, respirons, et faisons la chose la plus importante lorsque l’on cherche à comprendre un quelconque sujet : posons-nous des questions.


Qu’est-ce qu’un virus ? Essaye donc de poser cette question à tous ces gens qui ont cédé à la peur . « c’est un truc qui se balade dans l’air », « je sais pas mais faut faire gaffe quand même », « il paraît que ça se transmet par l’air », « c’est un truc qui rend les gens malades »…tel est le genre de réponse que l’on entend dans la masse populaire. Autant dire que l’on est très loin d’une explication précise. Un virus est en fait un micro-organisme que l’on trouve absolument partout. Notre organisme compte plus de virus et bactéries que de cellules. On en trouve dans l’air, les végétaux…le vivant tout entier est composé de virus.

Mais alors pourquoi dit-on que certains sont dangereux ?

C’est l’heure de la minute historique. Louis Pasteur, que l’on connaît tous pour ses travaux sur la vaccinologie, et notamment le vaccin contre la rage, aurait selon la rumeur fait une dernière confession sur son lit de mort, qui remettrait en cause tout son travail.


« Le virus n’est rien, c’est le terrain qui est tout »


Cette phrase, très riche de sens, signifie simplement qu’un virus n’est pas un organisme dangereux comme nous le raconte les médias. Son action dépendra du milieu dans lequel il va se trouver. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il y a des terrains plus favorables que d’autres à l’action d’un virus. Prenons par exemple le cas de la grippe. Chaque année à la même période, le virus de la grippe se retrouve un peu partout sur la planète. Certains ne s’en rendent même pas compte, certains font de la fièvre quelques jours, d’autres en meurent.

Si le virus est le même, pourquoi les conséquences peuvent-elles être si différentes d’un individu à l’autre ?

C’est là que le système immunitaire entre en jeu. Il est essentiel de comprendre que la fonction principale de notre organisme, c’est la pleine santé. Notre corps fera toujours ce qu’il faut pour aller bien, c’est son rôle principal. Si tu te coupes par exemple, tu cicatrises. Si tu manges un aliment avarié, tu vomis ou vas à la selle. Notre organisme est conçu pour se défendre et le fait à merveille pourvu qu’on ne le freine pas. Lorsqu’un « nouveau virus » est présent dans notre environnement, notre système immunitaire est conçu pour identifier ce nouvel arrivant et ainsi développer une immunité. Seulement voilà, pour que ce mécanisme fonctionne au mieux, cela demande de l’entretien.

Notre mode de vie est un facteur déterminant du bon fonctionnement de notre système immunitaire. Nous vivons aujourd’hui dans un monde où règne un non-sens complet : stress, informations anxiogènes, alimentation inadaptée, ondes omniprésentes, pollution… Il est donc d’autant plus important d’entretenir nos défenses naturelles. Encore une fois cela passe avant tout par une remise question personnelle et une volonté de compréhension plus forte que tout.



Comment entretient-on son système immunitaire ?

Eh bien pour commencer on pourrait arrêter de l’affaiblir au quotidien avec de la nourriture de mauvaise qualité, trop de sédentarité, d’alcool, de tabac, de stress et de fatigue… Le modèle de vie classique occidental en quelque sorte.

Ensuite il suffit de vivre en respectant au mieux les lois de la vie. Rien de plus simple : mange une nourriture adaptée, bouge, respire, médite, jeûne… Les actions à mettre en place pour vibrer la santé sont nombreuses, comme tu pourras le découvrir à travers ce blog.


Si c’est si simple d’être en bonne santé, pourquoi y-a-t-il autant de gens malades ?

Parce que la maladie c’est un business qui rapporte gros : plusieurs milliards chaque année. Les médicaments se vendent à prix d’or partout autour du globe. Et oui tu as bien entendu, il y a des gens sur cette planète qui ont tout intérêt à ce qu’un maximum de gens soient malades pour devenir encore plus riches que riches. Notre médecine conventionnelle, mise sur un piédestal dans notre société est en réalité basée sur des informations erronées ou incomplètes. Non pas qu’elle soit à rejeter en bloc, on y trouve beaucoup de bonnes choses tout de même. Mais si notre approche de la médecine moderne est si efficace, pourquoi y-a-t-il autant de gens malades ? Pourquoi les malades le sont-ils de plus en plus jeunes ? En France une personne sur deux prend au moins un médicament tous les jours. Est-on en bonne santé lorsque l’on dépend de produits chimiques dont on n’a aucune idée de la composition ni des effets sur l’organisme ?

Contrairement à ce que veut nous faire croire l’industrie pharmaceutique, nous avons le pouvoir sur notre santé, et comprendre notre système immunitaire, c’est se relier à notre notre souveraineté individuelle.



Parlons maintenant un peu de la maladie.

Selon le corps médical, c’est un facteur qui vient de l’extérieur, nous tombe dessus par hasard et sans prévenir, et nécessite un médicament X ou Y. Dans cette approche, l'organisme est donc un système “imparfait”, “aléatoire”, qui déjante sans raison et qui nécessite l’intervention de l’intellect humain pour fonctionner correctement, car la création a un peu raté son projet. Dans une approche vitaliste, une maladie est en fait une manifestation symptomatique de notre organisme, un reflet de notre intérieur.

De nos jours, il est courant de se rendre chez le médecin au moindre petit rhume, poussée de fièvre ou quinte de toux. Nous avons tellement été habitués au confort sous toutes ses formes que nous exigeons une solution miracle et rapide de l’extérieur au moindre petit signe d’inconfort venant de l’intérieur.

Prenons l’exemple d’une petite fièvre accompagnée de maux de tête. On met un nom bien compliqué sur ces deux symptômes, et ça nous donne une maladie. Direction le cabinet médical, puis la pharmacie de laquelle on sort avec 2 boîtes de Doliprane 1000 à gober 3 fois par jour pendant 4 jours et hop, on est guéris.

Voyons maintenant cette scène sous un autre angle. Qu’est-ce que c’est la fièvre ?

Individu lambda: « Bah c’est quand t’es malade, t’as chaud et tu transpires. »

Comme tu l’auras compris, cette réponse n’est pas satisfaisante lorsque l’on est en quête de vérité. C’est en cherchant la cause, puis la cause de la cause que l’on accède à la compréhension.

La fièvre est en réalité un comportement naturel de notre organisme, qui fait monter la température du corps afin de dissoudre et évacuer les toxines (et notamment l’acide urique stocké sous formes de petites billes) par les pores de la peau ; c’est pour ça que la transpiration sent “fort”, car elle est remplie de déchets organiques en décomposition à l’intérieur de nous. Stopper une fièvre prématurément est donc totalement contre-productif car notre corps n’a pas le temps d’éliminer les corps néfastes. Bien sûr ce n’est pas agréable de se sentir fiévreux, mais la vie elle-même n’est pas toujours 100 % confort.

Et c’est là le couac de la médication à outrance : on arrête les symptômes avant que le corps n’ait pu faire son travail, sans s’intéresser à la cause.


Il n’est pas question ici de s’interdire totalement l’utilisation de solutions médicamenteuses, mais simplement comprendre qu’avec un peu de patience et de compréhension de notre organisme, la médication peut très souvent être évitée. Les maladies ne sont en fait qu’un signal d’alarme pour nous informer que quelque chose ne va pas à l’intérieur. Imagine maintenant que tu es chez toi, au beau milieu de la nuit, et que l’alarme anti-cambriolage se déclenche. Tu ouvres un œil, désactive le signal sonore et retourne te coucher ? Plus de bruit = plus de cambrioleur ? Eh bien non, j’imagine que tu vas te lever d’un bond, prendre la batte de baseball cachée sous ton oreiller et aller chercher la cause du bruit. C’est exactement pareil avec notre corps, il faut s’occuper de la cause plutôt que du symptôme.

Et il en va de même avec les maladies dites « graves ». On voit aujourd’hui des personnes dépressives à cause d’une situation inadaptée prendre des antidépresseurs plutôt que de trouver et transformer la source du problème. On voit des personnes obèses recourir à de la chirurgie bariatrique, se faisant couper un morceau d’estomac pour pouvoir perdre du poids plutôt que de réformer leur alimentation.

La remise en question et le changement ne sont pas choses faciles, mais sont pourtant essentielles à une vie meilleure.

Si chaque personne sur cette planète prenait la décision de s’occuper de sa santé comme il se doit, ce serait la fin du plus gros empire financier du Monde. Une personne en bonne santé ne rapporte pas d’argent.


En tant qu’êtres créateurs, qu’enfants de la nature, c’est notre devoir de prendre le contrôle sur notre santé !




50 vues0 commentaire
 
  • Facebook
  • Instagram
  • YouTube

Suivez-nous sur Facebook et Instagram